COQUETTERIE

 

 La salle d’attente est bondée. Le temps s’étiole entre magazines feuilletés et bâillements à peine contenus. Elle est assise en face moi. Elle tue son impatience en croisant et décroisant ses longues jambes satinées. Le frottement régulier de ses cuisses sur le voile fin m’agace. Quand, enfin, je daigne lever les yeux vers elle, son regard de biche s’agrippe aussitôt au mien en même temps que sa bouche tulipe incandescente s’ouvre généreusement. Deux points noirs se sont malicieusement glissés dans ses interstices dentaires.  J’hésite entre graine de pavot ou pépin de kiwi.

 

Micro-nouvelle (- de 100 mots) publiée sur le blog de la revue Harfang avril 2015.

Extraits

PINCE SANS RIRE

 

                  C’est  bien connu, c’est quand on s’y attend le moins…

             L’été coulait à flot. Les petits-déjeuners sur la terrasse étaient copieux. Les fruits débordaient de la coupe en bambou.  Les senteurs de l’océan nourrissaient notre odorat toujours en alerte pour ne pas en perdre une miette. Les serviettes de plage séchaient toute la nuit sur les transats car aucune main bienveillante n’avait songé à les rentrer. Les magazines aux mille conseils colorés traînaient ça et là. Les enfants riaient, se chamaillaient et se réconciliaient les pieds dans le sable. Nous pratiquions allègrement le farniente sans la moindre petite once de culpabilité. Les mots flegme et bien-être agrémentaient quotidiennement nos conversations.

                C’étaient les vacances, les grandes vacances.

            Il a décidé de  faire  son entrée dans la famille à cette période-là.  Il a choisi de s’inviter chez ma sœur. De surcroît, pendant cette saison estivale que nous goûtons tant. Ce moment béni où nous sommes tous réunis dans son home sweet home à l’Ile de Ré. Autant saborder les vacances de toute la famille !

               Ma sœur. Cette longue perche aux jambes sans fin et à la silhouette élancée  mais aux formes inexistantes : pas de seins, pas de fesses.  En revanche, elle a des mollets dont le galbe pourrait bien susciter quelque envie chez certaines femmes. Pas étonnant, elle a toujours nourri ses jambes au vélo. Elle parcourt inlassablement  « son » île entre marais salants et forêts, en quête du lever de soleil le plus époustouflant qu’elle n’ait jamais vu, ou bien traquant de son objectif dernier cri, un petit bijou de technologie,  les aigrettes et autres échassiers de la Réserve Naturelle. Impossible de l’arrêter. La photographie, c’est toute sa vie, et rien de tel que le nez au vent pour bien apprécier les cadeaux de la nature. C’est le « cliché » préféré de Sandrine, appuyé d’un regard réprobateur à notre égard, nous qui avons le réflexe clés de voiture.

            - Vous passez à côté de l’essentiel ! Le parfum des pins, des marées, des genêts. Vous ratez tout, citadins de ma vie !

         

           Ma sœur, c’est aussi faire plaisir.  Un palpitant qui s’agite pour ses neveux et nièce, pour nous, sa famille. Tous les étés,  de bon matin, alors que la maisonnée n’envisage pas encore ouvrir les yeux et s’étirer, elle enfourche son vélo direction la boulangerie du village.  Elle revient avec quelques viennoiseries encore tièdes dans la sacoche de sa bicyclette et le journal de Patrick, mon mari. Les dernières nouvelles toutes chaudes, elles aussi.   Ma sœur  et son cœur d’or. En mère poule qu’elle n’a pas été puisqu’elle prétend que son cœur n’a pas suffisamment palpité pour lui donner l’envie de mettre au monde une petiote, elle aime nous gâter. Nous ne sommes jamais à l’abri d’une attention, d’un geste tendre, d’une marque de bienveillance.

 

            Sandrine est mon aînée. De dix années, plus deux. Je préfère jouer sur les mots. La perspective qu’elle n’ait que dix ans de plus me rapproche d’elle. Mais peu importe, dix ou douze,  une complicité sans faille nous unit. Je la ressens, je la hume. A tel point que lorsqu’elle me manque par tous les pores de la peau quand ma vie de parisienne m’engloutit, je file dans une parfumerie .....       (la suite dans Quand une porte claque) :)

 Mes nouvelles ?

Des personnages attachants,

des chutes inattendues, un univers qui vous parle...

C'est vous qui me le dites !

Vous êtes de plus en plus nombreux à me suivre... Merciiiiiii  !!!

                         *******

  Un petit tour sur  mon agenda

     vous dévoilera      TOUT  !

***************

Une nouveauté !

A découvrir absolument

Une nouvelle érotique dans un ouvrage collectif féminin.

*****

Cadeau : le début d'une de mes nouvelles dans extraits.

 

Pour échanger quelques mots..

de vous à moi,   c'est en-dessous... 

A bientôt ?

gobin.pierrette@gmail.com

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Pierrette Gobin-Vaillant